Accueil / Vivre aux Gets / Environnement / Zones Humides

Zones Humides

En 2011, la Commune des Gets, accompagnée par ASTERS et IRSTEA, a démarré un inventaire et diagnostic fonctionnel précis des zones humides couvrant son territoire, pour :

  • Comprendre le fonctionnement hydrologique actuel des zones humides
  • Evaluer l’impact d’aménagements modifiant la dynamique « naturelle » du site
  • Identifier les causes de dysfonctionnement.

Le diagnostic a été couplé avec :

  • Une étude diachronique entre 1966 et 2012 sur la base de photographies aériennes montrant : une diminution de 45% de la surface des ZH entre 1966 et 2012 (-67% à l’échelle nationale)
  • Des rencontres et échanges avec les acteurs locaux pour comprendre les pratiques et usages sur les sites, échanger sur les conséquences des aménagements, réfléchir à des solutions pour préserver les zones humides.

  

Plusieurs raisons ont conduit la commune des Gets à se pencher sur ces sites particuliers :

  • Les Gets se situe en tête des bassins versants du Giffre et des Dranses, une localisation charnière en matière de gestion de la ressource en eau (=château d’eau)
  • Siège d’activités nombreuses et variées pouvant avoir un impact sur les zones humides : activité touristique en été et en hiver, pastoralisme, exploitation forestière..
  • Sur le territoire gêtois, les zones humides sont nombreuses et variées (tourbières, bas marais, prairies humides, mares…), elles couvrent 4,6% du territoire contre 1,5% à l’échelle départementale, soit 80 sites sur 175ha.

  

Un plan d’actions en faveur des ZH a été validé en décembre 2012, il concerne essentiellement le secteur du domaine skiable et a bénéficié d’une implication sans faille de la société des remontées mécaniques avec pour leitmotiv :

  • Conserver : intégrer les ZH dans les choix d’aménagements (diffusion de cartographies, formation des techniciens et sensibilisation des intervenants sur le domaine skiable, respect des « bonnes pratiques » si travaux inévitables sur des ZH, favoriser la fauche tardive anticiper voire modifier les projets pour éviter les ZH…)
  • Valoriser : Communiquer sur les ZH et informer sur l’intérêt de préserver ces sites naturels, mise en place d’animations et sorties pour le grand public…
  • Restaurer : suivi et réhabilitation des ZH identifiées comme prioritaires (installation et suivi de 30 piézomètres, tentative de réalimentation d’une ZH par l’installation de barrages dans un fossé existant, suivi régulier de la faune/flore…)

  

De manière plus générale, cette démarche vise à améliorer la connaissance sur le fonctionnement et la dynamique des milieux aquatiques et humides d’altitude, en mettant en place un réseau de suivis à moyen, voire à long terme. L’enjeu majeur étant de concilier la pratique d’activités humaines en montagne avec la préservation et la restauration de ces milieux remarquables.